Cliquez ici pour afficher la carte de vigilance de Météo-France

Sommaire:

- la mesure de température
- la mesure de la pression
- la mesure de l'humidité
- la mesure des précipitations
- la mesure du vent
- la mesure de l'ensoleillement

La mesure de la température

thermomètre

C'est à la suite des travaux de Galilée (1564-1642) sur la variation de la densité de l'air en fonction de la chaleur que Sanctorius (1561-1636) mis au point le premier instrument gradué appelé thermoscope. En 1641 apparaissent les thermomètres à tube scellé contenant du liquide (d'abord de l'eau et de l'alcool puis du mercure). Vers le milieu du XVIII siècle, les thermomètres à minima et maxima sont créés; ils sont d'ailleurs toujours utilisés actuellement lors de relevés non automatisés. A la fin du XVIII, c'est le principe de déformation des métaux qui engendre l'apparition des thermomètres bimétalliques et des enregistreurs de température à tube de Bourdon aussi appelés thermographes. De nos jours, ce sont des sondes appelées PT100 qui permettent de faire des relevés très précis de température. Ces sondes utilisent le principe physique de variation de la résistance d'un conducteur électrique en fonction de la température. On utilise un fil de platine dont la résistance est de 100 Ohms à 0°C.

Différentes échelles de mesure cohabitent: les degrés Fahrenheit (1724) avec une température de la glace fondante à 32 °F et une température de vaporisation de l'eau à 212 °F; les degrés Celsius (1742) avec 0°C pour la glace et 100°C pour la vapeur. D'un point de vue physique, on utilise les degrés Kelvin (1848) qui est une échelle absolue de température; le 0°K correspond au zéro absolu où il n'y a plus de mouvement moléculaire. Le 0°C correspond alors à 273,15 °K et le 100 °C à 373,15 °K.

En météo, les relevés de températures doivent se faire selon des normes établies par l'Organisation Mondiale de la Météo. On mesure toujours (sauf dans certains cas particuliers) les températures sous abri à une hauteur de 1m50 du sol naturel. Il existe 2 types principaux d'abris météos: abri à persiennes en bois dit abri de Stevenson ou abri à coupelles. Le principe étant d'avoir les capteurs non exposés à la lumière directe du soleil mais en contact avec l'air ambiant du lieu. Pour la station de la cité scolaire, comme c'est souvent le cas en milieu urbain, nous avons été obligé de placer la station sur le toit d'un bâtiment. Les températures peuvent donc être légèrement différentes de celles qu'on relèverait au sol; des mesures ont d'ailleurs été effectuées pour chiffrer cette différence (voir les résultats).

abri persienne

abri coupelle

thermomètre

abri à persienne abri à coupelle sonde PT100

retour haut de page



La mesure de la pression

baro aneroide

Le premier baromètre a été inventé par Torricelli en 1644. C'était un tube en verre clos à une extrémité et remplit de mercure. Ce tube retourné était plongé dans un récipient de mercure. Le niveau de mercure dans le tube s'abaissait alors lentement laissant apparaître un espace vide. Ce baromètre a été amélioré en 1647 par Descartes qui y adjoint une échelle graduée.

En 1648, Pascal et son beau-frère Périer réalisèrent simultanément l'expérience de Torricelli à Clermont-Ferrand et au sommet du Puy de Dôme ce qui permis de mettre en évidence la baisse de la pression avec l'altitude.
En 1663, RobertHooke mit au point le baromètre à cadran et en 1843,l'ingénieur Lucien Vidie créa la baromètre anéroïde. Une capsule bombée recouverte d'une membrane métallique a une face en contact avec le vide et l'autre avec l'air ambiant; la capsule se déforme alors avec la différence de pression et agit comme un ressort.

De nos jours, on utilise des capteurs de pression qui sont constitués de cellules capacitives. Selon la pression de l'air, le diélectrique (ou isolant) entre les 2 armatures du condensateur voit son épaisseur variée, ce qui modifie la capacité du condensateur et permet la mesure de la pression.

L'unité légale de pression est le Pascal (symbole Pa), il existe d'autres unités encore couramment utilisées comme le bar en hydraulique (1 bar = 100000 Pa), le mmHg (mm de mercure, 1 mmHg=133,3Pa) ou chez nos voisins anglo-saxons le psi (pound per square inch, 1psi=6894Pa).
En météo, on parle plutôt en hectopascal (HPa) multiple du Pascal. Les baromètres sont le plus souvent étalonnés par rapport au niveau de la mer; ainsi, pour gommer les effets de l'altitude, on définit la pression relative qui est la pression ramenée au niveau de la mer. cela permet d'établir des cartes isobariques de pression sans tenir compte de l'effet d'altitude.

Barometre à eau

barographe

capteur

baromètre à eau barographe à cellules anéroïdes capteur de pression

retour haut de page



La mesure de l'humidité

hygromètre

La mesure de l'humidité est aussi appelée hygrométrie. Les ancètres des hygromètres sont apparus dès le milieu du XV éme siècle. Ils utilisaient les propriétés hygroscopiques (changement de masse, de forme, de longueur ou de couleur par absorption de vapeur d'eau) de certaines substances comme la laine. En 1623, Sanctorius met au point un hygromètre composé d'une boule de plomb suspendue à une corde. Lorsque l'humidité augmente, la corde se raccourcit ce qui provoque la montée de la boule. En 1625, Robert Hooke crée le premier hygromètre à cadran utilisant une barbe d'avoine provoquant la déviation d'une aiguille selon son allongement ou son raccourcissement. En 1781, Horace Benedict De Saussure met au point l'hygromètre à cheveu.


En 1825, Ernst Ferdinand August invente le psychromètre qui est encore utilisé de nos jours dans les abris météos. Il est constitué de 2 thermomètres. Un sec qui mesure la température de l'air ambiant et l'autre dont la partie sensible est enveloppée dans une mousseline maintenue humide. Au contact de l'air, l'eau de la mousseline s'évapore; cette évaporation nécessite une certaine quantité de chaleur (la chaleur latente de vaporisation) qui est prise dans la mousseline qui se refroidit donc. Plus l'air est sec et plus l'évaporation est importante et donc plus la température diminue. La différence de température des 2 thermomètres permet de déterminer le taux d'humidité. Actuellement, les psychromètres sont peu à peu remplacés par des capteurs d'humidité. Ce sont des sondes capacitives dont le diélectrique (isolant) est composé d'une substance hygroscopique. c'est la variation de la valeur des propriétés isolantes du diélectriques qui permet de déterminer le taux d'humidité.

psychrometre.jpg

capteur humidité

psychrometre

psychromètre sonde capacitive d'humidité psychromètres utilisés par Météo France

retour haut de page



La mesure des précipitations

Le premier pluviomètre connu a été trouvé en Corée et date de 1441. En 1639, Benedetto castelli a l'idée de graduer le réceptacle récupérateur des précipitations en volume constant d'eau. En 1663,Christopher Wren développe le principe du pluviomètre à augets. 2 augets basculants contenant 0,1 ou 0,2 ou 0,5 mm d'eau permettent par comptage de leurs basculements de connaître la quantité d'eau tombée.

A l'heure actuelle, on utilise soit des pluviomètres gradués soit des pluviomètres à augets. L'unité utilisée est le mm d'eau; 1 mm correspond à une quantité de précipitation de 1 litre par m². Pour évaluer les précipitations solides comme la neige, certains pluviomètres, notamment en zone montagneuse sont équipés de réchauffeur au niveau du cône récupérateur.

Depuis la seconde guerre mondiale, les progrès scientifiques sur les ondes ont permis la mise au point de radar pouvant visualiser et mesurer les précipitations. Le principe est basée sur la réflexion d'ondes électromagnétiques sur des obstacles mobiles.

pluvio

augets

pluvio

pluviomètre à lecture directe système d'augets basculants pluviographe enregistreur

retour haut de page



La mesure du vent

anemo

C'est l'amiral Sir Francis Beaufort qui imagina l'échelle qui porte son nom en 1805. Elle fut réellement mise au point en 1831 puis maintes fois adaptée et améliorée pour être utiliser en météo marine jusqu'en 1946.

Pour connaître la direction du vent, on utilise une girouette et pour mesurer sa valeur un anémomètre. Il existe différentes sortes d'anémomètres, les plus répandus à l'heure actuelle sont les modèles à coupelle. La vitesse du vent est obtenu à partir de la fréquence d'occultation de photodétecteurs. La principale difficulté réside en la mesure de la vitesse de pointe des rafales. La prise de mesure doit se faire à des intervalles de très faibles durées. Certains anémomètres (Météo France) ont une prise de mesure toutes les 0,5 s, celui de notre station météo toutes les 2,5 s. Peu de stations amateurs sont donc capables de donner des valeurs non sous-évaluées des rafales.

Météo France utilise aussi des radars basés sur l'effet Doppler. Il envoie une onde électromagnétique de fréquence f et mesure la différence de fréquence entre l'onde émise et l'onde réfléchie. Lorsque l'onde émise rencontre un obstacle qui bouge dans le sens longitudinal (précipitations, nuages, turbulences), l'onde réfléchit à une fréquence différente de l'onde émise. Cette différence est proportionnelle à la vitesse radiale de déplacement de l'objet.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir:

beaufort

retour haut de page



La mesure de l'ensoleillement

Le premier héliographe dit de Campbell-stokes date de 1853. Une boule de cristal de 10 cm de diamètre est exposé au soleil et fait office de lentille et de loupe de manière à brûler une feuille de papier placée à une distance judicieuse. De nombreuses améliorations ont été apportées au cours du temps de façon à obtenir une graduation en heures de la bande de papier brûlée. Notre station est, elle, équipée d'un pyranomètre qui est un capteur de flux thermique. Il mesure la puissance du rayonnement solaire en W / m². Relié à la console et au logiciel, il permet d'évaluer l'ensoleillement. On considère en météo que le temps est ensoleillé quand le rayonnement est supérieur à 120 W/m². Il existe aussi des sondes UV qui permettent de connaître le taux d'UV.

héliographe

pyranomètre

héliographe

pyranomètre

héliographe de Campbell-stokes pyranomètre héliographe à fibre optique pyranomètre de notre station

retour haut de page



Topsites du Réseau Météo Français

Site réalisé par les élèves membres du club météo- Copyright 2011 --> 2017 - Lycée polyvalent Jean Moulin Béziers