Cliquez ici pour afficher la carte de vigilance de Météo-France

Cette page est en cours d'écriture...

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

A comme...

Alizés

alizés

Ce sont des vents qui soufflent en permanence vers l'ouest de part et d'autre de l'équateur. Leur existence vient de l'élévation de l'air chaud au dessus de l'équateur (1); ce phénomène provoque l'aspiration de l'air venant des tropiques (2). Le vent ainsi créé est dévié par la rotation de la terre (3) : ce sont les alizés.
Pour se rendre aux Amériques, les voiliers suivaient une route sud pour bénificier des alizés. Ces vents sont d'ailleurs appelés "Trade Winds" en Anglais (vents du commerce).Pour le retour, ils longeaient la côte est des Etats Unis jusqu'au Canada pour récupérer un système de vents d'ouest les ramenant en Europe. Entre ces vents d'ouest et les alizés se trouve une zone de calme appelée "Horses Latitudes" parce que pour aller plus vite, on allégeait parfois les bateaux des chevaux qui étaient à bord! Entre les alizés du sud et ceux du nord, se trouve la zone équatoriale appelée "pot au noir" qui est une zone de vents très irréguliers et donc difficilement franchissable notamment côté Afrique.

Anticyclone

Zone de hautes pressions (>1014hPa) synonyme de beau temps en été et de temps calme en hiver. La pression étant élevée au niveau du sol,de l'air a tendance à s'échapper par les côtés. Il est remplacé par l'air des couches supérieures; cette descente d'air est appelée subsidence et elle provoque un réchauffement et donc un assèchement de l'air. Cette situation est donc propice à du temps sec et sans nuages.

B comme...

Brouillard

Il se produit lors de nuits calmes, sans vent ni nuages, par refroidissement du sol par rayonnement infrarouge. Ce refroidissement provoque d'abord de la rosée puis il se transmet aux couches d'air proches du sol. A partir d'un certain taux d'humidité et d'un refroidissement suffisant, il y a saturation de l'air. La vapeur d'eau se condense alors en fines gouttelettes de brouillard. Si la visibilité est comprise entre 1 et 5 km, on parle de brume.

C comme...

Courant Jet

Jet

C'est une zone de vent violent (entre 200 et 300km/h) de secteur ouest qui circule en altitude autour de chaque hémisphère vers les latitudes moyennes. Il ressemble à un tube aplati de plusieurs centaines de km de largeur et de 1 à 2 km d'épaisseur. Il est situé juste sous la tropopause vers 10 km d'altitude. Les dépressions suivent plus ou moins le même chemin que le courant jet. Ce courant est dû au gradient nord-sud de température et à la rotation de la terre.
L'image ci-dessus donne un exemple de courant jet en juin 2002.

Cumulonimbus

convection

cumulonimbus















Ce nuage d'orage se forme par convection donc par circulation de courants d'air chaud et d'air froid. Sur le schéma ci-dessus, nous voyons l'air chaud (en vert) qui remonte dans le nuage pour se condenser et fabriquer des gouttes d'eau; lorsque cet air chaud monte il se refroidit et lorsque l'air est suffisamment froid il redescend (en rouge). Mais il ne faut pas que la circulation des courants s’arrête car si il manque un courant d'air le nuage se désagrège.
La photo montre un cumulonimbus, cette forme particulière lui est donné grâce à la vitesse des courants ascendants (air chaud) qui montent très rapidement en altitude (environ 130km/h).
Ce nuage peut donner naissance à une tornade mais mais il a besoin de conditions atmosphériques particulières : le cisaillement vertical des vents, un courant jet (courant de très grande vitesse venant des hautes atmosphères et redescendant vers le nuage) et la séparation des zones de convection et de précipitation. Ce nuage continuellement alimenté en courants thermiques peut alors devenir une supercellule pouvant engendrer une tornade.

D comme...

Dorsale anticyclonique

Une dorsale est une excroissance d'une zone de hautes pressions qui s'étend à l'intérieur d'une zone de basses pressions. Elle est synonyme de beau temps.

Dépression

Zone de basses pressions (<1014hPa)pouvant générer des perturbations et des précipitations. Une dépression agit un peu comme un aspirateur et les masses d'air qui l'entourent y sont aspirées. Cet air se refroidit lors de sa montée et sa vapeur d'eau se condense pour former des nuages.

Dust Devil

dust devil

Un dust devil ou tourbillon de poussière est un phénomène tourbillonnant comme une tornade mais qui a la particularité de se développer sans nuage convectif (cumulonimbus pour les tornades), il suffit simplement d'un jour très ensoleillé et chaud.

E comme...

Effet de foehn

foehn

Lorsque une importante masse d'air humide et relativement douce arrive dans un flux bien établi sur le versant d'une montagne, elle crée une surpression sur le versant qu'elle aborde et une dépression sur le versant opposé. Cet air en montant, se détend et se refroidit (-6°C par km de montée) en donnant éventuellement des précipitations. Sur l'autre versant, la masse d'air asséchée redescend et se réchauffe plus rapidement qu'elle ne se refroidissait à la montée (+10°C par km de descente). A la montée, l'air se refroidit moins vite qu'il ne se réchauffe à la descente à cause des précipitations; en effet, lorsque l'air se condense, il libère de la chaleur ce qui limite le refroidissement. Au final, à altitude égale, on peut trouver des différences de températures importantes entre les 2 versants.

Episode cévenol

Ces épisodes fortement pluvieux sont dits "cévenols" car ils concernent principalement les Cévennes et le piémont cévenol. ils sont dus à l'accumulation de masses nuageuses très instables remontant du Golfe du Lion sous un régime de vents de sud à sud-est très humides. Les pluies se déversent alors par effet orographique sur les massifs puis s'étalent en plaine. Ces épisodes peuvent durer plusieurs jours, les masses d'air en provenance de la Méditerranée se rechargeant sans cesse en humidité, et donc provoquer des inondations. Les principaux départements concernés sont l'Ardèche, le Gard, la Lozère et l'Hérault. Ces épisodes peuvent quelquefois être couplés à des cellules orageuses qui se développent sur le littoral et le proche arrière pays comme c'est le cas cet automne. Ces épisodes ont besoin d'une mer aux eaux encore chaudes pour se développer, c'est pourquoi ils sont caractéristiques des automnes languedociens et apportent souvent en quelques jours l'essentiel de la pluviométrie du mois. Il faut savoir que les cumuls moyens dans nos régions sont proches de ceux de l'Ile de France mais leur répartition temporelle est totalement différente.

Effet orographique

C'est l'effet dû à la rencontre d'une masse d'air humide avec des montagnes. Au contact du relief, l'air monte. Il se détend et se refroidit ce qui provoque sa condensation et donc des précipitations plus importantes qu'en plaine.

F comme...

Fronts

front: séparation entre air chaud et froid dans une perturbation
front chaud: secteur en tête d'une perturbation qui chasse l'air froid et apporte un air doux et humide accompagné de précipitations modérées et continues.
front froid: secteur arrière de la perturbation qui chasse le front chaud en apportant un temps agité et pluvieux (averses).
front occlus: front d'altitude apportant des précipitations.

Froid

Il n'existe pas de définition officielle du seuil de froid contrairement à celui de chaleur communément associé à des températures supérieures à 25°C selon Météo France. En effet, la sensation de froid dépend fortement de la vitesse du vent, ce qui est beaucoup moins vrai pour le ressenti au chaud.

G comme...

Gelée blanche et givre

Elle se produit comme la rosée. Lors des nuits claires et calme, le sol se refroidit. Si l'humidité de l'air est suffisante, la vapeur d'eau va se condenser sur les objets soit sous forme liquide (rosée à température positive) soit sous forme solide (gelée blanche à température négative).
Le givre se forme quand un brouillard de gouttelettes surfondues géle sur les objets.

Géopotentiel

Le géopotentiel est l'altitude d'une surface isobare. Les altitudes élevées d'une surface isobare sont comparables aux anticyclones alors que celles d'altitudes basses sont comparables aux dépressions. On représente également sur les cartes de pressions ramenées au sol les lignes d'égales altitudes des surfaces isobares qu'on appelle des isohypses.

Goutte froide

Une goutte froide est l'extrémité d'un thalweg qui s'isole à l'intérieur d'une zone de hautes pressions. L'air, en altitude, à l'intérieur de la goutte froide est comme son nom l'indique plus froid qu'aux alentours. Ce genre d'isolement peut conduire à zone de temps très perturbé en hiver et à des orages en été.

Grêle

A l'intérieur des cumulonimbus (nuages d'orage), il existe de très fortes ascendances (mouvement ascendant d'air). Dans la partie haute du nuage, les particules de glace grossissent et ne peuvent tomber jusqu'au sol à cause des forts courants ascendants. Après plusieurs allers-retours dans le nuage, les grêlons finissent par être plus lourds que l'ascendance et tombent.

H comme...

Hectopascal

L'hectopascal (hPa) est un multiple du Pascal (Pa) et est souvent utilisé comme unité de mesure de la pression atmosphérique. La pression moyenne au niveau de la mer est de 1013 hPa (1 hPa = 100 Pa).

I comme...

Isobares

Les isobares sont des lignes d'égales pressions. Elles permettent sur une carte de pressions ramenées au sol de visualiser les zones de hautes et de basses pressions; ces lignes sont graduées tous les 5 hPa. La lecture se fait comme sur une carte géographique pour des courbes de niveau. Plus les isobares sont resserrées et plus le gradient (augmentation) de pression est élevée, ceci est caractéristique de vents forts. Dans l'hémisphères nord, les vents tournent dans le sens inverse des aiguilles d'une montre autour d'une dépression et dans le sens des aiguilles d'une montre autour d'un anticyclone. Les vents suivent à peu près la direction des isobares.
On définit aussi des surfaces isobares qui représentent donc une surface d'égale pression. En météo, l'altitude et l'épaisseur de ces surfaces sont importantes pour établir des prévisions.

Isohypses

C'est une ligne d'égale altitude des géopotentiels (surfaces isobares).

Isotherme 0°

L'isotherme 0°C appelé également iso 0° représente l'altitude minimale à laquelle la température atteint 0°C. Il symbolise donc la frontière fictive entre l'air à température positive et celui à température négative. Il est très utilisé en météorologie pour les prévisions notamment neigeuses en montagne.

Isothermie

Le phénomène est le suivant : lorsque des précipitations modérées à fortes se produisent, la fonte de la neige en grande quantité au cours de sa chute au-dessous de l’isotherme 0°C est suffisante pour abaisser la température de l’air vers 0°C et l’iso 0°C descend progressivement. La neige fond de plus en plus bas et finit par atteindre le sol (la température se stabilisant à 0°C sur toute l’épaisseur des basses couches jusqu’au sol).

L comme...

Limite pluie neige

La limite pluie-neige également appelée LPN représente l'altitude frontière entre la pluie et la neige. Elle se situe en moyenne environ jusqu'à 400m en dessous de l'isotherme 0°C.

M comme...

Modèle météo

modele

Pour faire des prévisions, les météorologues utilisent des modèles informatiques qui simulent les situations météos possibles dans les jours à venir. Ces modèles numériques génèrent des cartes météos à partir des données en temps réel qu'on leur fournit (ballon-sonde, satellites et observations terrestres) et des lois physiques régissant l'évolution de l'atmosphère. Il existe différents modèles comme GFS, NOGAP, CEP... Météo France utilise Arpège. Les cartes météos obtenues à partir de certains de ces modèles sont disponibles sur Internet. Les cartes proposées sont des coupes horizontales et verticales de l'atmosphère qui nous renseignent sur les isobares, isohypses, géopotentiels...A partir de ces informations, les ingénieurs météos peuvent élaborer leurs prévisions.
Ci-joint, voici un exemple de carte générée par le modèle GFS, c'est une coupe longitudinale de l'atmosphère correspondant au géopotentiel 500 hPa soit à environ 5500m. Un oeil averti reconnaîtra rapidement les anticyclones et dépressions ainsi que beaucoup d'autres informations.

N comme...

Nuage

nuages

Il existe 10 types de nuages (reconnu par l'Organisation Mondiale de la Météorologie) qu'on peut répartir en 4 sous catégories: les nuages de haute altitude, ceux d'altitudes moyennes, les nuages bas et les nuages verticaux. Les nuages de haute altitude ne génèrent pas de pluie, ce sont soit des nuages dits de beau temps car inoffensifs, soit annonciateurs d'une dégradation s'ils s'accompagnent d'une baisse de pression. On peut citer les cirrus, les cirrostratus et les cirrocumulus.
Les nuages d'altitude moyenne ne provoquent que de rares et faibles précipitations, ils peuvent, par contre, annoncer l'arrivée rapide d'une dégradation s'ils obscurcissent tout le ciel. Ce sont les altocumulus et les altostratus.
Les nuages bas peuvent produire de faibles précipitations pour les stratus et les stratocumulus ou des précipitations plus intenses et sous forme d'averses pour les cumulus. Les cumulus ont un développement diurne l'été par convection et peuvent quelquefois grossir jusqu'au stade du cumulonimbus.Enfin, les nimbostratus sont des nuages épais, sombres et menaçants qui peuvent donner d'abondantes précipitations.
Les cumulonimbus se développent verticalement et peuvent atteindre jusqu'à 7 km d'épaisseur. Leur sommet est souvent en forme d'enclume car ils atteignent la zone limite d'ascendance: la tropopause et ne peuvent donc plus s'élever. Isolés l'été, ils donnent des orages; noyés dans une masse nuageuse au passage d'un front, ils donnent de fortes pluies.

P comme...

Perturbation

perturbation

Elle résulte d'une dépression et est composée de plusieurs zones. On distingue d'abord la "tête de la perturbation" composée de fins nuages élevés (cirrus). Ensuite, vient le front chaud qui nous amène un ciel gris et bas et des précipitations de courtes durées. On se trouve alors dans le secteur chaud avec un temps gris, humide et ponctué de quelques pluies éparses.Surgit en suite le front froid qui correspond à un temps agité avec du vent et de fortes averses. La perturbation se termine alors par la traîne qui alterne éclaircies, nuages et brèves averses.

Pression atmosphérique

L'air est léger (environ 1000 fois plus léger que l'eau) mais son poids n'est pas négligeable. Le poids de l'atmosphère est de l'ordre de 5 millions de tonnes, ce qui représente environ 1 kg par cm² de surface au sol. La pression atmosphérique est donc exercée par le poids de l'air; l'air étant fluide, sa pression s'exerce sur toutes les surfaces d'un objet, ce qui explique que nous ne soyons pas plaqués au sol.La pression diminue avec l'altitude car lorsqu'on s'élève, il y a moins d'air au dessus de nous (la pression est divisée par 2 tous les 5 km d'élévation). L'unité utilisée de nos jours pour mesurer la pression est le Pascal; la plupart du temps, on parle en hectopascals (hPa). La pression moyenne au niveau de la mer est d'environ 1014 hPa. La pression dépendant de l'altitude, en météo on définit la pression relative ou pression ramenée au niveau de la mer pour pouvoir "gommer" l'effet du relief et ainsi pouvoir comparer les pressions de 2 endroits d'altitude différente (par exemple, il y a 35 hPa de différence de pression entre le bas et le haut de la Tour Eiffel).

R comme...

Rayonnement infrarouge

Tous les objets émettent un rayonnement infrarouge. La journée, ils recoivent de la chaleur du soleil (rayonnement solaire) et la nuit, ils se refroidissent en rayonnant. Par exemple, un mètre carré de sol à 20°C va perdre en permanence 400W par nuit claire. Ce rayonnement est d'autant plus important que la nuit est calme (pas de brassage de l'air) et claire (sinon le rayonnement émis par les nuages vers le sol compense celui du sol).Ce phénomène explique le gel des pare-brise alors que la température de l'air est positive. Le pare-brise emet un fort rayonnement infrarouge et se refroidit plus rapidement que l'air ambiant, il communique ce refroidissement à la mince pellicule d'air qui l'entoure. Si la vitre est verticale (portière), elle sera davantage soumise au rayonnement du sol qui renvoie donc la chaleur emmagasinée la journée et gèlera moins que si elle est inclinée (pare-brise).

Refroidissement éolien

Le refroidissement éolien ou windchill est aussi appelé température ressentie. Cet indice se calcule à l'aide d'une formule assez compliquée où interviennent la température et la vitesse du vent. Il est sensé représenter le ressenti au vent et est donc souvent assimilé à une température bien que ce soit un indice sans unité.
En absence de vent, notre peau est entourée d'une mince pellicule d'air à la température de notre corps. L'air étant un bon isolant thermique, cette couche emprisonnée sous les vêtements reste à température constante. Le vent va donc chasser cette mince pellicule d'air et augmenter la sensation de froid. Cette sensation est évidemment variable selon les individus et l'indice de refroidissement éolien représente donc une quantification simple du taux de perte de chaleur dû au vent. La plupart des stations météos calcule cet indice noté IRE ou windchill.

S comme...

Surfusion

Eau à l'état liquide malgré une température négative; pour que l'eau se cristallise en glace, il est nécessaire que soient présents de minuscules particules solides appelés noyaux de condensation.

T comme...

Thalweg

Un thalweg est l'excroissance d'une zone de basses pressions à l'intérieur d'une zone de hautes pressions. Les thalwegs sont souvent synonymes d'instabilité et de mauvais temps.

Tropopause et troposphère

La tropopause c'est le niveau supérieur de la troposphère (couche de l'atmosphère comprise entre le sol et 10 km d'altitude). C'est dans cette zone que se passent tous les phénomènes météorologiques. La température y diminue régulièrement jusqu'à - 56°C à la tropopause. Ensuite, la température augmente dès l'entrée dans la stratosphère; c'est pourquoi ce niveau marque la limite des ascendances d'air puisque dans la stratosphère l'air est plus chaud et donc plus léger. En météorologie, on peut se représenter la tropopause comme une surface semi-rigide dont l'altitude peut légèrement varier mais qui demeure la limite supérieure des phénomènes météos.

Topsites du Réseau Météo Français

Site réalisé par les élèves membres du club météo- Copyright 2011 --> 2017 - Lycée polyvalent Jean Moulin Béziers